Archives de catégorie : Colloque/ Séminaire

LES PARADOXES D’OCTAVE MIRBEAU

L’université Paris-Sorbonne organise une journée d’étude à l’occasion du centenaire de la mort d’Octave Mirbeau.

Elle se tiendra le 25 mars dans l’amphithéâtre Descartes.

Le Programme est disponible ci-dessous ou en cliquant sur le lien.

9h : Accueil des participants
Introduction, Pierre Glaudes, Université Paris-Sorbonne
9h15-12h30, sous la présidence de Pierre Michel
– Romain Enriquez, Université Paris-Sorbonne, « Le Calvaire de Mirbeau, roman halluciné ? Les paradoxes d’un réalisme psychique »
-Arnaud Vareille, Société Octave Mirbeau, « Les paradoxes de l’anecdote dans les récits d’Octave Mirbeau »
-Discussion
10h45-11h Pause
-Éric Bordas, École Normale Supérieure de Lyon, « Mirbeau, de l’insistance à la tautologie : pratiques d’une ironie non humoresque».
-Loïc Le Sayec, Université Paris-Sorbonne, « « Soigner l’ordure par l’ordure » : esthétique du dégoût dans quelques romans d’Octave Mirbeau »
-Discussion
12h30-14h15 Déjeuner

 

14h15-17h30, sous la présidence de Pierre Michel
– Jacques Dürrenmatt, Université Paris-Sorbonne, « Quand la peinture résiste ».
-Pierre Glaudes, Université Paris-Sorbonne, « Le viol de Sébastien ».
Discussion
15h45-16h Pause
-Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, Université de Picardie-
Jules Verne, « Mirbeau et Paul Bourget ».

– Marine Le Bail, Université Toulouse-Jean Jaurès, « Octave Mirbeau, bibliophile malgré lui ? »
-Discussion
Conclusion de la journée d’étude

« Art et pouvoir, le pouvoir de l’art » (Paris, 9-10 novembre 2016)

Le séminaire annuel de l’EA 7347 aura lieu les mercredi 9 et jeudi 10 novembre 2016, à INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris), salle Vasari (1er étage). Le thème en sera : « Art et pouvoir, le pouvoir de l’art ».

Le XIXe siècle est mis à l’honneur le mercredi 9 dans l’après-midi.

 

capture

Programme en pdf

Mercredi 9 novembre 2016
INHA, salle Vasari
La commande publique

14.00
Sabine Frommel et Jean-Michel Leniaud
Introduction

14h30
Valentina Burgassi (EPHE/Politecnico di Torino)
Architecture et pouvoir dans l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (1530-1798).

15h15
Adela Klinerova (EPHE/Université Charles de Prague)
Concours d’architecture du point de vue de César Daly : Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir

16h00
Pause café

16h30
Manuel Le Corre (EPHE)
Un exemple des relations entre art et pouvoir : les statues d’Abraham Dusquesne dans la France du XIXe siècle.

17h15
Emmanuel de Waresquiel (EPHE)
Un exemple de commande publique par souscription sous la Restauration : la statue équestre d’Henri IV et son inauguration à Paris en 1818.

18h.00
Nicolas Trotin (EPHE)
Construction, reconstruction et restauration dans un département rural à l’époque concordaire. L’exemple de l’Eure (1835-1914).


Jeudi 10 novembre 2016
INHA, salle Vasari
La commande publique

9h30
Florence Descamps (EPHE)
Le concours d’architecture de Bercy, un choix présidentiel ou un projet Finances ?

10h15
Arlette Auduc (EPHE)
Paul Léon, directeur des Beaux-arts dans l’entre-deux-guerre. La commande comme outil de politique publique.

11h
Pause café

Quand le pouvoir commande à l’art, et l’art au pouvoir

11h30
Kristina Deutsch (Westfälische Wilhelms Universität Münster)
Entre le jour et la nuit : Le décor des bains dans les châteaux des Wittelsbach.

12h15
Dominique Lauvernier (EPHE/università de Caen)
L’implication de l’Administration royale des Menus Plaisirs auprès des Comédiens Français au XVIIIe siècle: esquisse d’un cadre de recherche d’après les archives.

13h00
Déjeuner

14h30
Eva Renzulli (EPHE)
Échanges sur la préservation des biens culturels : André Chastel et Carlo Ludovico Ragghianti

15.h15
Jean-Philippe Dumas (Ministère des Affaires Étrangères) :
L’usage de la photographie comme instrument de propagande par le ministre Aristide Briand, «le pèlerin de la paix» dans les années 1920.

16h
Pause café

16h30
Marie-Charlotte Noulens (EPHE)
Le photographe de guerre peut-il avoir une démarche artistique ? Dans ce contexte, n’y a-t-il pas un risque d’interprétation de l’information ? Exemple de la Pietà du Kosovo.

17h15
Martin Motte (EPHE)
Autour de l’amitié entre Foch et Gustave Doré.

18h00
Jean-François Belhoste (EPHE):
Géricault et Napoléon: le Chasseur à cheval du salon de 1812.

18.45
Sabine Frommel
Conclusion

Source : http://blog.apahau.org/seminaire-art-et-pouvoir-le-pouvoir-de-lart-paris-9-10-novembre-2016/

La notion de modèle en architecture du Moyen Âge à nos jours

Le Jeudi 13 octobre 2016 en salle Vasari (Galerie Colbert, INHA) est organisée en journée d’étude sur « La notion de modèle en architecture du Moyen Âge à nos jours »

capture

 

Télécharger la plaquette
Qu’est ce qu’un modèle ? La polysémie tant étymologique et sémantique du terme à travers les époques met en exergue toute la complexité de sa signification en architecture. Initialement associé à l’idée antique de mimèsis, théorisée dans la Poétique d’Aristote, il ren-voie à la notion d’imitation, alors que son étymologie latine modulus (« mesure ») souligne quant à elle le lien intrinsèque qu’il entretient avec le domaine de la construction et de l’architecture. La notion de modèle peut donc être vue comme référent ou prototype à imiter, ne se réduisant pas pour autant à la simple reproduction à l’identique, comme l’ont montré Françoise Choay et Jacques Lucan dans leurs publications respectives, mais se présentant comme la fabrication d’un nouvel objet autonome par rapport à l’original. Il peut également être vu comme maquette d’un dispositif réel, comme type idéal ou encore comme icône représentant une idée abstraite. La pluralité sémantique du modèle permet de passer de l’une à l’autre de ces définitions, et il peut donc être perçu « comme original et comme copie, comme archétype ou comme simple réalisation » . Le modèle d’architecture se construit, par conséquent, à travers ces deux extrêmes : s’appuyant sur l’expérience accumulée par la discipline mais aussi stimulé par la créativité et l’originalité dans un contexte nouveau.

Les modèles, à la fois théoriques et concrets, ont été appréhendés différemment par les architectes selon les époques : « du paradigme à la représentation, l’architecte fait du modèle une utilisation apparemment paradoxale, qui navigue entre l’exercice d’abstraction d’une réa-lité physique et la concrétisation matérielle d’une idée. Pourtant on a toujours eu recours au modèle pour comprendre » . Par quel processus ces modèles sont-ils nés et se sont-ils imposés comme des références inhérentes à l’architecture ? Depuis les exemples symboliques de la Jérusalem Céleste ou du Temple de Salomon interprétés par les maître d’œuvre au Moyen-âge, en passant par la relecture, l’adaptation et la publication des traités de Vitruve durant les Temps Modernes, certains édifices eux-mêmes inspirés de bâtiments anciens, ont été hissés au rang de modèle grâce à leurs valeurs architecturales et constructives. Le Tempietto de Bramante à Rome, bâtiment fondateur de la Renaissance italienne, en est un exemple. L’imprimé, l’enseignement, les relevés ou les voyages définissent des corpus de modèles qui ne cessent de se renouveler et se réinventer. Si certains modèles, à l’image du modèle palladien, traversent les siècles jusqu’au début du XXe, d’autres sont sanctionnés par le progrès des connaissances historiques. Dès cette période, l’intérêt pour le modèle d’architecture est exploité dans des recueils proposant des modèles précis d’habitation aux influences antique, gothique ou renaissante projetés pour être construits . Les avant-gardes européennes de l’Entre-deux-guerres ont marqué, à leur tour, des générations de praticiens, enseignants et intellectuels à travers leurs œuvres théoriques et construites servant de modèles. Les années 1970, par exemple, voient l’effervescence à Paris, New York, Londres ou Rome de lieux d’enseignement et de théorisation qui prônent une relecture critique de l’architecture moderne : la revue de réputation internationale Oppositions, publiée de 1973 à 1984 à New York par l’Institute of Architecture and Urban Studies (IAUS), sert de catalyseur dans la promotion de la théorie au sein de la culture architecturale notamment à travers une série d’articles pré-sentant une réévaluation des œuvres des représentants du Mouvement moderne.

Programme:

9h 45 : Ouverture par le comité organisateur  (Charlotte Duvette, Justine François, Alison Gorel le Pennec et Léa D’Hommée-Kchouk).

Chaque communication sera suivie de 10 minutes de débat.

Session 1 : Le bâtiment comme modèle : Éléonore Marantz (Maître de conférences en histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, laboratoire HiCSA)

10h-10h20 : François Gruson (professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais, membre du laboratoire EVCAU à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine) : Le temple maçonnique : genèse, invariants et variables du modèle architectural.

10h30-10h50 : Justine François (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 441, laboratoire HiCSA) : La cathédrale de León : d’un modèle de restauration « à la française »  aux prémices de l’architecture néo-gothique espagnole dans les édifices religieux de la seconde moitié du XIXe siècle.

11h-11h20: Julie Huet (Université de Bordeaux-Montaigne) : L’architecture des campus universitaires dans la France d’après-guerre. L’exemple du campus de Caen, entre inspiration européenne et modèle architectural français.

11h30-11h50 : Thibaud Hérent (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : L’habitat en terrasse dans une Europe de l’après-guerre, un modèle à suivre ou un modèle à réinventer?

12h : Pause

 

Session 2 : Les systèmes de modèles : entre élaboration et relecture : Jean-Philippe Garric (Professeur d’histoire de l’architecture à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, laboratoire HiCSA)

13h30-13h50 : Léa D’Hommée-Kchouk (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 441, laboratoire HiCSA) : De l’adoption d’un système architectural à la citation de grands chantiers contemporains : l’influence du premier gothique francilien sur la nef de la cathédrale du Mans.

14h-14h20 : Adriana Sénard-Kiernan (Université Toulouse II-Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA) : Étienne Martellange (1569-1641) et les églises des noviciats Jésuites de Lyon et de Paris : des modèles pour l’architecture religieuse des XVIIe et XVIIIe siècles ?

14h30-14h50 : Elsa Besson (Université de Rennes 2, EA 1279) : La prison à l’aune de la cellule : approches de la question des modèles français et internationaux d’architecture carcérale.

15h-15h20 : Andrès Avila (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 441, laboratoire HiCSA) : Architectures de cinémas de l’Entre-deux-guerres : modèles dans la littérature et les périodiques d’architecture.

15h30 : Pause

 

Session 3 : Réflexion autour de la notion de « modèle » : Pierre Chabard (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris La Villette, membre fondateur de la revue Criticat)

16h-16h20 : Paul Fermon (École Pratique des Hautes Études) : «  Forma et exemplum ». La commande de modèles architecturaux et urbains aux XIVe-XVe siècles autour d’Avignon, ou l’évolution des fonctions du « dessin d’architecture » après son premier essor.

16h30-16h50 : Kerim Salom (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville) : Modèle et type. Deux notions antagonistes et complémentaires dans la philosophie de l’architecture d’Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy.

17h-17h20 : Laurent Cathiard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 441, laboratoire HiCSA / École de Chaillot) : La reconstruction  « à l’identique » d’un monument Historique, un modèle pour lui-même ?

17h30 : Conclusion par Philippe Plagnieux (Professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, laboratoire HiCSA)

POURQUOI REVENIR AUX CHOSES ?

Cette année le séminaire d’Art et Société de Madame Laurence Bertrand Dorléac continue son exploration de la notion de « chose » en art.

Pour cela elle invite un certain nombre de personnalités du domaine de l’art à intervenir. dans les locaux de Sciences-Po, Salle du Traité (56 rue Jacob, 75006 Paris )

maroc

Il s’agira donc d’étudier la portée des choses dans les représentations de toutes sortes, fabriquées à l’aide de toutes les techniques, à toutes les époques. Moins pour nous détacher avec mépris de la matérialité que pour reconnaître ce qui, dans la culture matérielle, assure les pratiques mais aussi les savoirs et les croyances, l’aliénation ou la liberté. A cet égard, elles ont largement autant participé de l’oppression que de l’invention du quotidien (Michel de Certeau).

La première séance sera consacré à Delacroix :

05/10/2016 – 17:00 Séminaires

« Delacroix et les choses, se souvenir des impressions »

Dominique de FONT-RÉAULX, Conservateur général au Musée du Louvre, Paris.

Cette séance tentera d’analyser quelle place Delacroix donna aux objets dans son désir de garder vifs les souvenirs de ses impressions.  « Une foule de notes prises en courant me paraissent inintelligibles. En revanche, je vois clairement en imagination toutes ces choses qu’on n’a pas besoin de noter et qui sont peut-être les choses qui méritent d’être conservées dans la mémoire […]. » (Eugène Delacroix, Souvenirs d’un voyage dans le Maroc).

Le Programme des autres séances n’est pas encore en ligne mais nous avons cependant la liste des invités. Ainsi :

19/10/2016 – 17:00, Olivier BERGGRUEN, Historien de l’art, New York

26/10/2016 – 17:00 Séminaires, Paula BARREIRO, Chercheuse en histoire de l’art, programme Ramón y Cajal, Universitat, Barcelone.

16/11/2016 – 17:00 Séminaires, Philippe BETTINELLI, Historien de l’art, collection art public du Centre National des Arts Plastiques, Paris.

04/01/2017 – 17:00 Séminaires, Manuel CHARPY, Historien, CNRS/IRHIS, Lille III

22/02/2017 – 17:00 Séminaires, Tristan GARCIA, Ecrivain, philosophe, Lyon III

01/03/2017 – 17:00 Séminaires, Lola JIMENEZ-BLANCO, Historienne de l’art, Universidad Complutense, Madrid.

19/04/2017 – 17:00 Séminaires, Caroline VAN ECK, Historienne de l’art et de l’architecture, Universiteit Leiden.
N’hésiter pas à consulter le site de Sciences-Po au cours de l’année pour le détail des séances.
Source: Sciences-Po et le blog de l‘Apahau.

La Mode masculine 1820-1970 (II) : corps et objets

montesquiou_robert_de_-_boldini

 

Le séminaire « La Mode masculine 1820-1970 », revient pour une seconde année. Après s’être intéressé aux sources d’étude, le programme « Histoire de la mode et du vêtement », se propose de traiter des corps et des objets. En poursuivant le même objectif qui est de mettre en lumière la singularité et la complexité de ces cent cinquante années de mode masculine. Singularité et complexité en réalité occultées par une idée formulée au début des années 1930, celle d’un « grand renoncement » masculin, qui serait responsable à la fois du caractère soi-disant neutre et uniforme de la garde-robe virile et de l’abandon par l’homme à la femme de tout ce qui touche au domaine de la mode. De l’analyse des métamorphoses de la silhouette masculine, de la quête d’une apparence qui n’hésite pas à recourir aux artifices de la cosmétique, de la part importante de la subjectivité dans la composition du vestiaire et des comportements intimes, il devrait ressortir que ces générations d’hommes participèrent bel et bien au système de la mode et qu’ils furent en réalité des consommateurs au même titre que les femmes, en dépit d’une certaine conception de la virilité moderne tendant à afficher sa méfiance à l’égard de la mode.

En partenariat avec la Kunstbibliothek Staatliche Museen zu Berlin, le musée de la Chemiserie et de L’Élégance masculine, Argenton-sur-Creuse, et le Centre allemand d’histoire de l’art, Paris

Responsable scientifique : Philippe Thiébaut (INHA)

  • 5 octobre 2016, INHA, salle Vasari, 14h-17h

Cosmétique et virilité au tournant des XIXe et XXe siècles
Zsolt Mészàros (Eötvös Lorànd University, Budapest)

Suit: the cutural history of an idea
Christopher Breward, professor (Edinburgh College of Art)

La chemise Lacoste – du vêtement de sport au sportswear
Céline Nadal, conservateur du Muséum de Troyes et du Musée de la Bonneterie

« Arrange ton col »
Jean Bouquin, ancien chiffonnier

 

  • 2 novembre 2016, INHA, salle Vasari, 14h-17h

Coffrets et boîtes : un artefact de l’élégance masculine à l’époque romantique
Vincent Boirel, collectionneur et consultant spécialiste du marché de l’art (Paris)

L’architecte Adolf Loos (1870-1933) et la mode masculine anglaise
Adelheid Rasche (Berlin)

« Noveltex, la chemise à la mode ! »
Nathalie Gaillard (Argenton-sur-Creuse)

 

  • 7 décembre 2016, INHA, salle Vasari, 14h-17h

Les équipements collectifs de l’hygiène du corps au XIXe siècle : vers une nouvelle vertu virile ?
Fabienne Chevallier, historienne de l’art et de l’architecture (Paris)

La couleur, une affaire de mode pour le vêtement professionnel des postes et du rail dans la première moitié du XXe siècle
Jérémie Brucker, doctorant (CERHIO-Université d’Angers)

Le sous-vêtement masculin dans la France des Trente Glorieuses : l’exemple d’Eminence
Philippe Thiébaut (Paris)

 

Source : INHA

Paris, de la Restauration à la Grande Guerre

munch-rue-lafayette

L’Institut d’études avancées de Paris organise chaque année des cycles de conférences consacrés aux sciences humaines et sociales. Animées par des spécialistes du domaine, ces conférences sont ouvertes au public et se déroulent à l’hôtel de Lauzun, Ile Saint-Louis. Le cycle de conférences « Paris, de la Restauration à la Grande Guerre » présente l’évolution politique, sociale et culturelle de Paris, des années 1830-1914.

Les conférences se feront à l’Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, Salle des Gardes – 17 quai d’Anjou à Paris. Vous devez nécessairement vous inscrire pour assister aux présentations (voir le lien sur chaque date).

 

8 novembre 2016

  • Paris monarchique, Paris impériale, Charles-Éloi Vial, Bibliothèque nationale de France

Paris accueille au XIXe siècle la cour de trois rois – Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe – et deux empereurs – Napoléon Ier, Napoléon III. La capitale vit au rythme des fêtes et représentations publiques de la monarchie et suit de près le quotidien d’une cour qui ne cesse de se métamorphoser sous l’emprise des changements de société et des crises politiques. Sa présence a laissé de nombreuses traces dans les résidences de la capitale qui sont modernisées, ainsi que dans le tissu urbain et des constructions phares comme l’opéra Garnier.

 

13 décembre 2016

  • Les élites juives parisiennes à la fin du XIXe siècle, Cyril Grange, CNRS / Université Paris-Sorbonne

Au début du XIXe siècle, le nombre de juifs parisiens, devenus « français de confession israélite » depuis peu, ne dépasse pas 1000 personnes. Un siècle plus tard, leur nombre atteint 40 000 individus. Les élites au « sommet » de cette société juive ont comme caractéristique d’être cosmopolites dans le sens où l’origine géographique de leurs membres est très diversifiée. Elle rassemble des familles originaires des départements de l’est, du sud, du sud-ouest, mais aussi des pays allemands, d’Autriche-Hongrie, de l’Empire ottoman ou encore de Russie. Cette haute société juive parisienne de la fin du XIXe siècle est une véritable micro-société aux contours bien dessinés. Le poids des secteurs financiers et du négoce est important, mais on observe une diversification vers l’industrie, les professions juridiques, médicales et intellectuelles. Son empreinte s’affirme aussi par un phénomène d’acculturation dans les domaines social et artistique qui marqueront l’histoire de la capitale.

 

10 janvier 2017

  •  Paris, capitale de l’hygiène publique ? Stéphane Frioux, Université Lumière Lyon 2

Paris, capitale politique et scientifique, fut-elle une « ville Lumière » en matière d’hygiène publique ? Alors que sa population s’accroit et que de profondes transformations urbanistiques s’opèrent dans son territoire, la ville est au centre de l’attention d’un groupe de savants et de réformateurs : les hygiénistes. L’amélioration de l’environnement quotidien des Parisiens a été un chantier de longue haleine, aux effets inégaux, et qui ne peut être dissocié d’un flux intense d’échanges d’expérience et de circulations de savoirs, aux échelles nationale et internationale. Cette hygiène publique très technique, qualifiée à la fin du siècle d’ingénierie sanitaire, constitue enfin une œuvre faite de nombreux tâtonnements et innovations, dont la gestion environnementale et « durable » des villes actuelles est l’héritière.

La conférence campera le décor et le contexte de l’action des hygiénistes en revenant brièvement sur la situation de la première moitié du XIXe siècle, avant de mettre en lumière les travaux menés à Paris et le rôle que la capitale a tenu dans le petit monde des spécialistes de questions d’eau, d’assainissement et de propreté.

 

14 février 2017

  •  Les transformations de Paris sous le Second Empire, Florence Bourillon, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne

De ville rentière au XVIIIe siècle, Paris est devenue au XIXe siècle une ville industrielle et commerciale active. Sa population a pratiquement doublé entre 1806 et 1846, renforçant la densité des arrondissements du centre (plus de 100 000 habitants au km2 dans les anciens 4e, 5e et 6e arrondissements).

Tout au long du premier XIXe siècle, des tentatives de modernisation de la ville sont prises, mais aucune n’atteindra l’ampleur des travaux menés sous le Second Empire sous la préfecture du baron Haussmann. Le discours aux accents saint-simoniens que Napoléon III prononce lors de l’inauguration du boulevard de Sébastopol – inachevé – le 5 avril 1858, indique l’ambition de ces projets : « Nous verrons ainsi chaque année de grandes artères s’ouvrir, des quartiers populeux s’assainir, les loyers tendant à s’abaisser par la multiplicité des constructions, la classe ouvrière s’enrichir par le travail, la misère diminuer et Paris répondre ainsi de plus en plus à sa haute destination ».

Outre les tracés de voies nouvelles, la construction d’édifices publics, l’aménagement de parcs et de squares, l’approvisionnement en eau, la réfection des égouts, etc., le doublement du territoire de la ville avec l’intégration de la « petite banlieue », comprise entre le mur des Fermiers généraux et les fortifications, entame le desserrement de l’agglomération et prépare son entrée dans le XXe siècle.

 

14 mars 2017

  •  Paris, ville « sidérée » par des attentats au XIXe siècle, Gilles Malandain, Université de Poitiers

Partant de la triste actualité que nous connaissons, et en s’appuyant sur la sociologie de la « sidération » qui s’est forgée dans l’analyse des attentats contemporains (en particulier depuis le 11 septembre 2001), cette conférence proposera un retour sur les attentats perpétrés à Paris entre la Révolution et la veille de la Grande Guerre. Car si l’attentat « terroriste » est souvent perçu comme une violence spécifique du XXe siècle, il relève en réalité d’une histoire plus ancienne, qui pourrait remonter jusqu’à l’Ancien régime. Mais c’est la Révolution française qui ouvre véritablement l’espace politique de l’attentat contemporain, avant même la première « vague » d’attentats terroristes, imputable à certains militants anarchistes dans les années 1890. Avant Ravachol et Caserio, Saint-Réjant, Louvel, Fieschi, Orsini, et quelques autres, avaient déjà frappé l’opinion par leurs gestes spectaculaires, au coeur de la capitale, suscitant des interrogations auxquelles les nôtres font encore écho.

 

11 avril 2017

  • Paris et les expositions universelles, Christine Demeulenaere-Douyère, conservateur général, EHESS

Les expositions universelles sont un phénomène majeur de l’histoire de la seconde moitié du XIXe siècle et Paris, plus qu’aucune autre capitale, semble avoir entretenu avec elles une relation intime : entre 1855 et 1900, elle accueille cinq expositions universelles et recevra à nouveau les expositions internationales de 1925 (arts décoratifs et industriels), 1931 (exposition coloniale) et 1937 (arts et techniques dans la vie moderne). Véritables « Olympiades du Progrès », les expositions ne sont pas que les fêtes du commerce et de l’industrie. Elles façonnent aussi la ville, tant dans son schéma urbanistique en la dotant d’équipements modernes et de musées et monuments nouveaux, qu’au plan de son ouverture sur le monde, en transformant la cité en kaléidoscope des architectures du monde.

 

9 mai 2017

  • Les grands magasins et la lente agonie du petit commerce, David Walker, Université de Sheffield

La conférence se tiendra en français

Les transformations industrielles et socio-économiques du XIXe siècle ont contribué à provoquer chez les petits commerçants une méfiance durable à l’égard des grands magasins. Les arcades et les magasins de nouveautés, précurseurs d’établissements tels que le Bon Marché créé par Aristide Boucicaut en 1852, ont attiré également l’attention des hommes de lettres, notamment Balzac et Zola. Les textes de ces écrivains, faisant écho à l’œuvre des historiens, permettent de circonscrire l’enjeu des luttes qui éclatent entre les propriétaires des petites boutiques et les entrepreneurs qui menacent de les écraser en bouleversant le commerce avec de nouvelles méthodes et de nouvelles structures. Ils témoignent d’une révolution dans la conception du consommateur et des rapports entre le client et l’offre commerciale. La conférence retrace cette évolution qui met la tradition artisanale aux prises avec un capitalisme conquérant, opposition qui marque le tournant vers la consommation de masse.

 

Source : http://calenda.org/377599

Oscar Wilde, L’impertinent absolu

wilde_par_sarony-_allonge

En marge de son exposition sur Oscar Wilde qui se tiendra du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 (pour une description complète rendez vous sur le site du musée), le Petit Palais lance une série de conférences et projection en lien avec l’auteur irlandais.

Nous vous avons sélectionné une partie des présentations et œuvres auxquelles vous pourrez assister.

 

  • Le Samedi 15 octobre 2016 à 16h00

Oscar Wilde, un écrivain français ?

Conférence Oscar Wilde, un écrivain français ? par Pascal Aquien, professeur à l’Université de Paris Sorbonne

 

  • Le Dimanche 16 octobre 2016 à 15h

Projection : « Le fantôme de Canterville » de Jules Dassin et Norman Z. Mc Leod (1944)

 

  • Le Dimanche 23 octobre 2016 à 15h

Projection : « Le Portrait de Dorian Gray » d’Albert Lewin (1945)

 

  • Le Dimanche 30 octobre 2016 à 15h

Projection : « Salomé » de William Dieterle (1953)

 

  • Le Samedi 19 novembre 2016 à 16h

« Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde

Conférence « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde par Xavier Giudicelli, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

 

  • Le Samedi 7 janvier 2017 à 16h

Oscar Wilde et l’opéra

Conférence Oscar Wilde et l’opéra par Emmanuel Reibel, librettiste et musicologue, professeur à l’Université Lyon 2.

 

  • Le Samedi 14 janvier 2017 à 16h

La Chute d’Oscar Wilde : ou la vengeance de Sa Majesté Britannique

Conférence La Chute d’Oscar Wilde : ou la vengeance de Sa Majesté Britannique par Merlin Holland, conseiller scientifique de l’exposition et petit-fils d’Oscar Wilde.

 

Pour retrouver toutes les activités proposées, rendez-vous directement sur la page de l’Auditorium

L’entrée est libre sous réserve de présentation du programme et des places disponibles

 

« Kit de survie pour l’historien de l’art en milieu numérique » (Paris, 23 septembre 2016)

galerie_colbert_4Cette journée à destination des publics de la Galerie Colbert est une initiation à des ressources et à des outils numériques pour la recherche en histoire de l’art. Les outils présentés ont été choisis en raison des axes méthodologiques qu’ils recouvrent dans la gestion et le traitement des sources et en fonction de nombreux retours d’expérience qui les signalent comme indispensables. Ils contribuent à l’identification, l’organisation, la collecte, la sauvegarde, l’annotation et même au partage de la documentation dans la conduite d’un travail de recherche. Cette journée propose donc d’accompagner l’historien de l’art – ou futur historien – dans la «grande conversation» numérique d’aujourd’hui. Les séances plénières du matin seront suivies l’après-midi par l’organisation de plusieurs ateliers.

En partenariat avec Anhima et Thalim

Comité scientifique

  • Anne-Laure Charrier (DBD-INHA)
  • Antoine Courtin (CID-INHA)
  • Vincent Ferotin (Anhima)
  • Benoît Legouy (Thalim)
  • Antonio Mendes (InVisu, CNRS/INHA)

_____

Informations pratiques

23 septembre 2016

  • 9H30-12H
    Galerie Colbert, Salle Walter Benjamin
  • 14H-17H30
    Galerie Colbert, Salle Walter Benjamin, Salle Nicolas Fabri de Pereisc et Salle André Chastel

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée dans la limite des places disponibles.
A noter que les ateliers de l’après-midi se feront par petits groupes (6/8 personnes)
Inscription obligatoire par ce formulaire : https://goo.gl/forms/CyyNJo4dUvA1K8ej2

Source : http://blog.apahau.org/conference-kit-de-survie-pour-lhistorien-de-lart-en-milieu-numerique/

Genèse du musée documentaire (1840-1900)

Capture

La réception très inégale du concept de « musée documentaire », du fait de sa polysémie et de ses applications variées, n’a pas permis jusqu’à présent de cerner pleinement cette idée qui connait un certain écho au tournant du XXe siècle. L’intérêt pour ce qu’on appelle un « document » et sa monstration ne cesse de croître tout au long du XIXe siècle. Quelles sont les motivations des promoteurs de ces entreprises privées de diffusion et de médiation utilisant les concepts de document et de documentation (industriels philanthropes, sociétés d’amateurs photographes…) ? À quels publics veut-on s’adresser ? Comment les institutions patrimoniales croisent-elles ou non ces préoccupations de fixation des traces du contemporain ?

Organisation

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, l’équipe de recherche HAR (Histoire des Arts et des Représentations) de l’Université Paris Nanterre et le Labex Les Passés dans le présent dans le cadre du programme de recherche « Genèse et histoire des musées documentaires ».

Argumentaire

La réception très inégale du concept de « musée documentaire », du fait de sa polysémie et de ses applications variées, n’a pas permis jusqu’à présent de cerner pleinement cette idée qui connait un certain écho au tournant du XXème siècle. L’intérêt pour ce qu’on appelle un « document » et sa monstration ne cesse de croître tout au long du XIXème siècle.

Le « document » de plus en plus ne se confine plus à l’écrit. Tandis que les expositions universelles familiarisent le public avec les témoignages des progrès techniques, se développe un intérêt de plus en plus vif pour les « documents », de toute nature, qui jalonnent les différentes histoires nationales en cours d’écriture, de la pièce archéologique aux archives écrites. Le sens initial du terme « document » connaît ainsi plusieurs déplacements sémantiques en se répandant au-delà des cercles des archives et des bibliothèques.

L’arrivée de la photographie et les capacités de large diffusion offertes par les progrès de l’imprimerie interrogent aussi la notion même de « musée » qui peut revêtir de multiples sens, allant des publications (« musées de papier ») aux lieux d’exposition et/ou de consultation de « documents ». La photographie réinvente l’expérience du musée, entre lieu d’exposition, centre de documentation ou assemblage virtuel d’images. En outre, qu’elle soit considérée comme une image technique, dans le cas de la photogrammétrie, ou comme une image « archive », dans le cas de collections de documentation historique, sociale ou folklorique, elle transforme le rapport au temps et à l’histoire : elle apparaît comme une capture du présent faite pour la mémoire à venir.

Quelles sont les motivations des promoteurs de ces entreprises privées de diffusion et de médiation utilisant les concepts de document et de documentation (industriels philanthropes, sociétés d’amateurs photographes…) ? À quels publics veut-on s’adresser ? Comment les institutions patrimoniales croisent-elles ou non ces préoccupations de fixation des traces du contemporain ?

À la suite de ce premier volet consacré au XIXème siècle, une seconde journée portera en 2017 sur le XXème siècle à l’occasion du centenaire de la BDIC, avec la participation notamment du musée Albert Kahn.

Programme

Matinée

  • 9h30 – Accueil
  • 9h45 – Introduction : Valérie Tesnière (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) Des archives au musée : de la Révolution au Second Empire
  • 10h – Arnaud Bertinet (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) La place de l’histoire dans les musées de Napoléon III
  • 10h30 – Hilaire Multon et Corinne Jouys Barbelin (Musée d’archéologie nationale) La naissance du musée des Antiquités nationales au Château de Saint-Germain (1868)

Pause

Les publications

  • 11h30 – Ségolène Le Men (HAR/Université Paris Nanterre) Les musées de papier
  • 12h – Yann Potin (Archives nationales) Monuments ou documents ? Entre vitrines et catalogues, les projets de Musée des Archives nationales et départementales de Léon de Laborde et Alfred Maury (1857-1878)
  • 12h30 – Débats et conclusion de la matinée
  • 13h – Déjeuner

Après-midi

14h30

Table ronde : L’invention du social, animée par Caroline Fieschi (BDIC)

  • Jaap Klostermann (International Institute of social history, Amsterdam) Les collections d’histoire sociale au XIXème siècle, un panorama des différentes initiatives en Europe
  • Michel Prat (CEDIAS) Le concept de document au sein du Musée social entre 1870 et 1914

Pause

15h45

Table ronde : Photographie et musée documentaire, animée par Christian Joschke (HAR/Université Paris Nanterre)

  • Estelle Sohier (Université de Genève) Utopique ? L’expérience du Musée suisse de photographies documentaires (Genève, 1901- 1909)
  • Eléonore Challine (ENS Cachan) Confluences : les photographies documentaires entre musée et revue au tournant du XXème siècle

17h – Synthèse Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne)

Lieux

  • Bâtiment Max Weber, auditorium – Université de Paris Nanterre, 200 Avenue de la République
    Nanterre, France (92)

Dates

  • vendredi 30 septembre 2016

Fichiers attachés

URLS de référence