Programme

C’est avec plaisir que Studio XIX vous propose son programme pour son séminaire consacré à l’actualité de la recherche en histoire des arts du XIXe siècle.

Ainsi tout au long de l’année retrouver nous pour des séances qui alterneront entre des sessions publiques avec invités, et des ateliers en comité plus restreint. Nous aurons donc un cycle de six conférences donnant l’occasion aux différents chercheurs invités de présenter leur publications récentes, mais aussi quatre séances méthodologiques qui permettront aux jeunes chercheurs d’exposer leur travaux et de confronter leurs approches dans une atmosphère d’intimité, ces moments d’échange seront pour eux l’occasion de présenter l’avancement de leurs propres recherches.

moreau-la-toilette-detail

  • 28 septembre 2016: 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, séance Méthode.

L’art anglais.

Les doctorantes Cybill Whalley et Deborah Waintraub, qui travaillent respectivement sur « Les représentations de la montagne en Grande-Bretagne (Angleterre, Écosse, Pays de Galles) dans les arts visuel entre 1747 et 1867″, et  sur  » Le portrait britannique et la question du style (XVIIIe-XIXe siècles) » sont invitées à parler de l’avancement de leur travail. Pour leur répondre et les orienter Monsieur le professeur Pierre Wat sera présent, et nous aurons également la chance d’avoir les conseils de Monsieur Frédéric Ogée.

 

  • 19 octobre 2016 : 18h à 20h, salle Vasari, Séance Invité.

Table-ronde autour de Bertrand Tillier (dir.), L’Art du XIXe siècle (Paris, Citadelles et Mazenod, 2016).

A L’occasion de la sortie de l’ouvrage synthèse L’Art du XIXe siècle chez Citadelles et Mazenod, nous auront la chance de recevoir non seulement le directeur de publication Bertrand Tillier, mais aussi quatre autres des auteurs de ce recueil : Pierre Wat, Dominique Poulot, Paul-Louis Roubert et Rossella Froissart.

 

  • 23 novembre 2016 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, séance Méthode.Séance Ouverte

Chaque doctorant en arts du XIXe siècle est  invité à préparer une série de questions qu’ils souhaitent aborder. Cette sessions sera l’occasion d’évoquer les difficultés liées au corpus, nous aborderons aussi les ouvrages historiographiques clé de notre période, et les différentes méthodes d’analyse d’œuvre. Cette séance sera supervisée par Monsieur le professeur Pierre Wat.

 

  • 14 Décembre 2016 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Mythes artistiques et identités culturelles : Aline Magnien et Eric Michaud

STUDIO XIX accueille Aline Magnien (directrice du LRMH et ancien conservateur en chef des collections  du Musée Rodin) et Éric Michaud (Directeur d’études à l’EHESS) pour une réflexion sur les mythes artistiques et les identités culturelles.

Cette séance résulte de la rencontre intellectuelle entre deux horizons – l’un monographique et l’autre historiographique – et deux auteurs qui ont manifesté une curiosité réciproque pour leurs travaux. Ce sont deux trajectoires de recherche qui se croisent aujourd’hui, d’un côté les études fondatrices d’Éric Michaud sur les fantasmes identitaires de l’histoire de l’art, de l’autre l’intérêt croissant d’Aline Magnien pour l’élaboration du mythe Rodin, par la référence notamment à Rembrandt, Michel-Ange ou Puget. Ces modèles esthétiques et biographiques ne sont pas neutres idéologiquement. Au contraire, ils nourrissent la légende « française » de Rodin en réveillant une géographie esthétique et anthropologique reposant sur la polarité du Nord et du Sud de l’Europe, des modèles antiques et médiévaux, des caractères latins et germains, païens et chrétiens.

A la veille de la grande rétrospective qui honorera le centenaire de la mort du sculpteur aux Galeries Nationales du Grand Palais, il s’agit donc d’analyser comment l’image en construction de Rodin et, par-delà Rodin, d’un certain « génie français », s’insère dès l’origine dans un système de représentations qui, de Louis Courajod à André Chastel, de Karl Schnaase à Heinrich Wölfflin, soumet la question esthétique à de tels a priori raciaux, identitaires ou nationaux.

 

  • 18 janvier 2017 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité,

Présentation de la base Bibliographies de critiques d’art francophones par Marie Gispert et Lucie Lachenal.

Marie Gispert, à l’origine du projet avec Catherine Meneux, nous parlera de la réalisation du site internet hébergé par l’Université Paris 1, qui a pour objectif de mettre à disposition des chercheurs des bibliographies primaires de critiques d’art, assorties de la littérature secondaire correspondante et d’un référencement des archives disponibles. Ce site donnera notamment accès à une base de données comprenant l’ensemble des références présentes dans les bibliographies primaires des critiques d’art recensés.

Lucie Lachenal, vacataire scientifique au sein du projet, exposera le Workshop dédié à la base, qui se tiendra le 3 février prochain, visant à les chercheurs avec la base mais aussi à l’utiliser en direct en récupérant des données et en les traitant pour constituer des objets de recherche.

Elles évoqueront également la journée d’étude sur les critiques d’art qu’elles organisent le 31 mars.

  • 22 février 2017 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, Séance Méthode

Les arts décoratifs.

Adélaïde Lacotte qui travaille sur « L’œuvre du céramiste André Metthey ( 1871-1920). Art de la céramique et céramique d’artiste », nous présentera sa thèse et nous dévoilera ses questionnements. Pour cette session Monsieur le professeur Emmanuel Pernoud nous fera profiter de son expérience.

  • 22 mars 2017 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Catégories esthétiques et classifications historiques au musée : le cas du musée du Louvre.

Danièle Cohn et Sébastien Allard.

Au cœur du display of art et des interrogations sur la scénographie, l’accrochage au musée devient un enjeu majeur dans l’histoire des arts et l’esthétique, à la croisée des chemins entre voie naturaliste et voie culturaliste. Cette pratique à la fois met en place une rhétorique du voir, et repose sur elle. Elle conditionne l’ expérience des œuvres dont dépendent les visiteurs. L’accrochage est certes marqué par le renouvellement que les neurosciences ont opéré dans l’approche de la vision et de l’orientation dans l’espace. Mais il est aussi historique de part en part et son histoire croise et vivifie celle des collections privées et des musées, de leurs architectures comme du marché de l’art.  Deux notions clé en esthétique et histoire de l’art nous guideront : la notion de catégorie et celle de classification, en prenant en compte la dimension pratique et empirique de part en part historique de ces deux notions à travers l’analyse de l’emploi qu’en fait le musée.

 

  • 19 avril 2017 :  18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Jean-Philippe Garric et Philippe Bordes : conférence autour de la question de l’architecte décorateur et Charles Percier (1764-1838).

Philippe Bordes, professeur émérite d’histoire de l’art moderne à l’Université Lyon 2, et Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture à l’Université Paris 1, tous deux spécialistes de ces périodes, interviendront en reprenant un dialogue amorcé il y a plusieurs années autour de la production et des activités de Charles Percier.

 

Ils échangeront à travers les différentes problématiques abordées au sein du catalogue de l’exposition « Charles Percier (1764-1833), architecture et Design » récemment inaugurée au musée du château de Fontainebleau (et qui s’est tenue au Bard Center de New-York fin 2016), orchestrée par J-Ph. Garric.

Les contributions de cet ouvrage apportent des réflexions nouvelles autour de la figure de l’architecte, du décorateur, du dessinateur, du créateur de mobilier et d’objets d’art. En premier lieu, le débat scientifique tourne autour du processus créatif de Percier, œuvrant en étroite association avec l’architecte Pierre Fontaine. Souvent assimilés l’un à l’autre, quels sont les enjeux du choix de Percier sans Fontaine ? D’avantage dessinateur et spécialiste d’ornement, son rapport aux arts graphiques, utilisés comme support ou comme forme d’art en soi, ainsi que l’abondance de sa production (décoration intérieure, ébénisterie, orfèvrerie, céramique, projets d’architectures, relevés, dessins, etc.) incite à se poser la question du rôle de l’architecte et de l’artiste à l’aube du XIXe siècle.

  • 17 mai 2017 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, Séance Méthode

Les Arts graphiques

Stéphanie Prenant dont le sujet de thèse est « Le renouveau du pastel entre 1870 et 1914, à partir de l’étude des collections muséales françaises » présentera son travail.

Pour cette séance Monsieur le professeur Pierre Wat sera présent pour guider les réflexions.

 

  • 14 juin 2017 :  18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Perspectives historiographiques, M. Passini et Fr.-R. Martin.