LAURENCE BERTRAND DORLEAC – pour une histoire visuelle de la violence de guerre

Afin de clôturer notre cycle de conférences 2018-2019 du séminaire Images et Représentations de la violence, l’équipe de l’association de recherche Studio XIX a le plaisir de vous donner rendez-vous le mercredi 22 mai, de 18h à 20h, en salle Benjamin à l’INHA, afin de venir écouter Laurence Bertrand-Dorléac, qui nous fait l’honneur de sa participation à nos réflexions.

Chercheuse au Centre d’histoire de Sciences Po et professeure d’histoire de l’art à l’Institut d’études politiques de Paris, où elle dirige le séminaire Arts & Sociétés, Laurence Bertrand-Dorléac a notamment été commissaire pour les expositions L’art en guerre, France 1938-1947, qui s’est déroulée au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 2012, et Les Désastres de la Guerre, 1800-2014 qui s’est déroulée en 2014 au Louvre-Lens.

Dans le cadre de notre séminaire, Laurence Bertrand-Dorléac reviendra sur son expérience de chercheuse à partir d’un scénario d’exposition qui vaut comme laboratoire de l’histoire visuelle de la guerre sur la longue durée.


Martha Rosler, Vacation Getaway Series “Bringing the War Home”, 1967-1972

La séance se terminera par un pot, afin d’échanger de façon plus informelle et de clôturer notre cycle de conférences.

Saskia Hanselaar – Comment exprimer la violence du deuil autour de 1800 ? Ossian, les fantômes et les artistes.

Studio XIX a le plaisir de recevoir Saskia Hanselaar, Docteure en histoire de l’art contemporain – Université Paris Ouest Nanterre, le 24 avril 2019 de 18h à 20h en salle Benjamin à L’INHA.

Hillaire Périé, Songe d’Ossian, 1812, aquarelle, au crayon et au lavis, Castres, musée Goya.

A cette occasion, elle nous parlera de la réactivation du mythe d’Ossian au XIXe siècle. En effet, durant la Révolution française, plusieurs facteurs politiques, religieux et sociaux engendrent un profond changement dans le rapport à la mort, à la violence et donc au deuil. La violence révolutionnaire nouvelle crée un traumatisme collectif, décrit par certains contemporains dont l’auteur Louis-Sébastien Mercier. Les nombreux massacres ainsi que la déchristianisation entraînent, quant à eux, la question de l’ensevelissement des morts avant la création symbolique du cimetière du Père-Lachaise en 1804. En outre, le passage au Culte de la Raison pose le problème de la disparition de l’âme que le Culte de l’Etre Suprême tente de résoudre par l’assurance de l’immortalité de l’âme. Face à ces bouleversements profonds, les artistes sont les témoins et les traducteurs privilégiés des ressentis émotionnels de leur époque. La vogue incroyable pour les poésies d’Ossian, barde-guerrier calédonien du IIIe siècle, et surtout l’aveuglement des Français face à une supercherie qui décourage d’autres Européens tels que les Anglais, n’est pas anodine à partir des années 1790. Plusieurs artistes tentent de renouveler les codes de la peinture d’histoire par le biais de ce nouveau héros : Girodet-Trioson, François Gérard, Ingres pour les plus connus inventent autour de 1800 une vision septentrionale de l’Antiquité. Néanmoins, la majorité des artistes français s’intéressent non pas aux instants épiques de la geste ossianique mais aux instants plus nostalgiques, fantastiques et mélancoliques durant lesquels Ossian et son clan communiquent avec les fantômes de leurs ancêtres. L’apparition de ce thème en peinture jusque dans les années 1830 montrent la tentative artistique afin de créer une peinture sentimentale, une véritable peinture de l’âme, capable de faire le deuil de la violence révolutionnaire.

Stéphanie Sotteau Soualle – Les crimes de la Commune ou comment représenter la violence en 1871

Dans le cadre de son séminaire Images et Représentations de la Violence, l’équipe de Studio XIX vous donne rendez-vous le mercredi 20 mars, de 18h à 20h, en salle Benjamin à l’INHA pour accueillir Stéphanie Sotteau Soualle, Docteur en Histoire de l’Art et iconographe pour Locarchives.

Sa présentation, intitulée « Les crimes de la Commune ou comment représenter la
violence en 1871 »
, sera l’occasion pour elle de revenir sur différents thèmes importants de sa recherche à travers le prisme de la violence, fil rouge de notre séminaire.

Ernest Appert, Assassinat des généraux Clément Thomas & Jules Lecomte, 1871

Spécialiste de la photographie, elle nous introduira à l’iconographie de la Commune et plus précisément celle d’un photographe, Ernest Appert. À partir de ce corpus, elle s’intéressera aux « Crimes de la Commune » pour ensuite élargir vers d’autres représentations telles celles de Jules Raudnitz. Cette étude historique lui permettra finalement de nous parler de la postérité de ces images et de leur rôle dans la répression et la poursuite des communards.

La séance se terminera par un pot lors duquel nous pourrons échanger de façon plus informelle.

Laetitia Gonon – La représentation stylistique des violences dans le fait divers du XIXe siècle, et leurs échos dans les romans

Lundi prochain Studio XIX a l’honneur d’accueillir Laetitia Gonon, Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, pour la première séance de son séminaire Images et Représentations de la Violence.

Vous pouvez ré-écouter notre séance en cliquant sur le lien.

Ainsi nous vous donnons rendez-vous le 11 février de 18h à 20h en salle Mariette à l’INHA pour une présentation intitulée  “La représentation stylistique des violences dans le fait divers du XIXe siècle, et leurs échos dans les romans” . Ce sera l’occasion pour Laetitia Gonon de revenir sur différents thèmes importants de sa recherche.

Elle nous présentera le fait divers illustré au XIXe siècle, de l’héritage des canards sanglant à l’ajout d’un supplément dans la presse. Elle reviendra sur les images stéréotypées des crimes dans la presse, et notamment les procédés stylistiques employés. Nous pourrons également discuter avec elle des échos de ces représentations criminelles dans les romans, elle abordera ainsi Le Comte de Monte Cristo, d’Alexandre Dumas, ou encore  La Terre de d’Émile Zola.

Nous conclurons la séance par un pot où nous pourrons échanger de façon plus informel.

Programme 2017-2018

C’est avec plaisir que Studio XIX vous propose son programme pour l’année 2017-2018.

Ainsi tout au long de l’année retrouvez nous pour des séances qui alterneront entre des sessions publiques avec invités, et des ateliers méthodologiques qui permettront aux jeunes chercheurs d’exposer leur travaux et de confronter leurs approches, ces moments d’échange seront pour eux l’occasion de présenter l’avancement de leurs propres recherches.

Pour cette session 2017-2018, notre programme de conférences a pour thème : Rencontres autour du XIXe siècle, Histoire de l’art et Pluridisciplinarité. 

  • 19 octobre 2017, séance invité, salle Jullian, 18h-20h

« La galerie de minéralogie du MNHN, épistémologie d’un décor – programme SPESCIES »

Par Thierry Laugée, maître de conférences en Histoire de l’art à l’Université Paris 4- Sorbonne et Olivier Vayron, doctorant en Histoire de l’art à Paris 4- Sorbonne.


Entre 1851 et 1862, Auguste Biard, peintre salonnier, apprécié du public, reçoit de l’Etat français la commande d’un grand panorama à 360° de la Baie de la Madeleine au Spitzberg pour orner la galerie de minéralogie du Muséum de Paris. Ce cycle décoratif résulte d’une grande vague de production sur le thème du Grand Nord que le peintre réalise dès 1839 à son retour du Spitzberg à bord de la corvette La Recherche.
La corvette La Recherche fut en effet missionnée dès 1835 pour trouver les rescapés du navire La Lilloise perdue dans les mers du Nord. Embarque à son bord, à partir de 1836 et durant quatre années de suite, des scientifiques, des médecins et des peintres afin de réaliser un rapport complet sur les régions isolées, possiblement productives mais encore peu explorée du Grand Nord. Le résultat des récoltes, les mesures, les analyses, les relevés et les croquis, furent rapidement divulgués et publiés dans une série de comptes rendus et d’atlas pittoresques. Outre les périodiques qui communiquaient au public les avancées de cette série de voyages d’explorations, les premiers artisans qui rendirent compte, à grande échelle, de la physionomie de ces régions furent les artistes. A commencer par le grand panorama de Biard au muséum de Paris, ces œuvres, entre velléités scientifiques et évocations fantasmagoriques, ont influencé longtemps l’image que le public se fit du Grand Nord.

  • 15 novembre 2017, séance méthode, salle Vasari, 18h-20h,

Raphaëlle Jalenques « Le bois sacré après Puvis de Chavannes, vivante nature et fabrique du lieu à la fin du XIXe siècle » et Anne-Henriette Auffret, « La peinture décorative aux Expositions Universelles et Internationales de Paris 1878-1937 »

En présence de Pierre Wat et Bertrand Tillier.

  • 13 décembre 2017, séance invité, salle Vasari, 18h-20h,

« Les enjeux contemporains du métier de conservateur et ses rapports à la recherche universitaire »

Par Paul Perrin, Conservateur des peintures au musée d’Orsay.

  • 17 janvier 2018, séance invité, salle Benjamin, 18h-20h,

« Présentation du Centre Vivant Denon du Musée du Louvre »   Françoise Mardrus viendra nous présenter le centre Vivant Denon du Louvre qu’elle dirige en compagnie de Françoise Dalex. Il s’agit d’un lieu d’étude et de recherche dédié aux professionnels des musées, aux chercheurs mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du Louvre et des musées. Il offre au public l’accès à une grande diversité de ressources sur les thèmes transversaux que sont l’architecture, la muséographie, les missions du musée et ses publics, et contribue au développement de projets de recherche sur ces sujets.

  • 14 février 2018, séance méthode, salle Benjamin, 18h-20h,

Morgane Weinling « Le “Panthéon de l’école de 1830” : étude d’un mouvement collectionneur » et Anne-Sophie Gapinski, « Pierre Prins (1838-1913) une vie, une œuvre : entre négligences, légendes et vérités »

En présence de Pierre Wat et Dominique Poulot

  • 14 mars, séance invité, salle Benjamin, 18h-20h,

« La véritable histoire de la « Belle Époque ». Comment s’écrit l’Histoire : discussions sur le temps et ses interactions »

Par Dominique Kalifa, Professeur d’Histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Béatrice Joyeux-Prunel, Maître de conférences en Histoire de l’art à l’ENS.

  • 11 avril 2018, séance invité, salle Benjamin, 18h-20h,

«Que je voudrais être  poète ! ” : Delacroix poète selon Delacroix»

Nous vous proposons à l’occasion de l’exposition consacrée à Eugène Delacroix au musée du Louvre, une séance pluridisciplinaire autour de cet artiste.

Marie Frisson, doctorante en Littérature à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et l’Université de Bâle,  nous présentera une communication intitulée ” “Que je voudrais être poète ! ” : Delacroix poète selon Delacroix” elle suivra le parcours de la rétrospective consacrée au peintre en appliquant son oeil littéraire. Pour lui répondre Morgane Weinling (doctorante à Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction de Dominique Poulot), qui a travaillé sur l’exposition dans le cadre d’une bourse Immersion du Labex, nous apportera un point de vue interne aux problématiques questionnées.  

  • 16 mai 2018,séance invité,  salle Benjamin, 18h-20h,

« Théâtre, politique et démocratie »

Par Isabelle Barbéris, maître de conférences en Arts du Spectacle à l’Université Paris 7- Diderot et chercheur associée au CNRS.

  • 6 juin 2018, séance méthode,  salle Benjamin, 18h-20h,

Emma Cauvin, « Une réception critique de Claude Monet. Formation du mythe de 1900 à nos jours. » et Olivier Schuwer, « « Persistance de l’impressionnisme, un concept dans l’œil du symbolisme».

En présence de Pierre Wat.

Retrouvez ici le programme de l’an dernier.

Isabelle Barbéris, La démocratie contre la représentation ? Scènes et idéologies du réel

Studio XIX a le plaisir de recevoir Isabelle Barbéris, Maître de conférences en arts de la scène à l’université Paris VII- Paris Diderot et chercheuse associée au CNRS, le mercredi 16 mai de 18h à 20h en salle Benjamin à l’INHA.

Cliquez ici pour écouter ou ré-écouter la séance

Elle nous présentera ses recherches actuelles qui croisent esthétique de la scène contemporaine et philosophie politique, en nous offrant une plongée dans les formes démocratisées de l’expression scénique contemporaine (théâtre, danse, performance) à partir d’une mise en perspective historique et idéologique remontant à Tocqueville et à ses réflexions sur le théâtre et les arts. La démocratie en tant que culture politique détermine une sensibilité théâtrale spécifique et est elle-même traversée par des formes de dramatisation qui influent sur les formes de la représentation vivante.

A travers un corpus d’exemples connus, elle mettra en relief les tensions naturalistes qui animent la scène contemporaine et les arbitrages des artistes en quête de légitimité.

Le questionnement du naturalisme démocratique voit le jour à travers des objets divers (théâtre, danse, performance voire médias et arts visuels) et des thèmes de recherche éclectiques (kitsch, archive, parasite, posthumanisme), qui sont tous inquiétés par la tentation dé-représentative, identitaire et unitaire des formes scéniques.

Présentation du Centre Vivant Denon du Musée du Louvre

Françoise Mardrus, conservatrice du patrimoine,  nous présente le centre Vivant Denon du Musée du Louvre qu’elle dirige. Elle est accompagnée de Françoise Dalex, qui  a formé avec elle ce projet.
Il s’agit d’un lieu d’étude et de recherche dédié aux professionnels des musées, aux chercheurs mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du Louvre et des musées. Il offre au public l’accès à une grande diversité de ressources sur les thèmes transversaux que sont l’architecture, la muséographie, les missions du musée et ses publics, et contribue au développement de projets de recherche sur ces sujets.

“Que je voudrais être poète ! ” : Delacroix poète selon Delacroix

Nous vous proposons à la place et à l’occasion de l’exposition consacrée à Eugène Delacroix au musée du Louvre, une séance pluridisciplinaire autour de cet artiste. Nous vous rencontrerons salle Benjamin (INHA), de 18h à 20h.

Marie Frisson, doctorante en Littérature à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et l’Université de Bâle, nous présentera une communication intitulée ” “Que je voudrais être poète ! ” : Delacroix poète selon Delacroix” elle suivra le parcours de la rétrospective consacrée au peintre en appliquant son oeil littéraire.

Pour lui répondre Morgane Weinling (doctorante à Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction de Dominique Poulot), qui a travaillé sur l’exposition dans le cadre d’une bourse Immersion du Labex, nous apportera un point de vue interne aux problématiques questionnées.

La véritable histoire de la « Belle Epoque ». Comment s’écrit l’Histoire : discussions sur le temps et ses interactions

Studio XIX a le plaisir de vous inviter à sa séance de mars. Pour l’occasion nous recevrons le mercredi 14 mars de 18h à 20h, en salle Benjamin, Dominique Kalifa et Béatrice Joyeux-Prunel.

Cliquez-ici pour écouter ou ré-écouter notre séance

Ces derniers nous parlerons du dernier ouvrage de Dominique Kalifa, La véritable histoire de la Belle Epoque.
Il sera question de la naissance de cette ère mais aussi de ses constituants, ses usages. La réflexion sera centrée sur les façons dont elle a pu affecter la production artistique : parle-t-on d’art “Belle Epoque”, de peinture “Belle Epoque”, de musique “Belle Epoque” ? Ils s’interrogeront également sur les évolutions contemporaines de l’expression, surtout hors de France.

Nous vous attendons nombreux

Paul Perrin – Les enjeux contemporains du métier de conservateur et ses rapports à la recherche universitaire.

Studio XIX a le plaisir de vous inviter à sa prochaine séance le mercredi 13 décembre en salle Vasari (INHA) de 18h à 20h. Nous recevrons Paul Perrin, conservateur des peintures au Musée d’Orsay, qui nous présentera les enjeux contemporains du métier de conservateur et ses rapports à la recherche universitaire.

 

Notre séance sera l’occasion pour lui de vous parler du projet de centre de recherche du Musée d’Orsay sur la production artistique du XIXème, qui doit voir le jour dans les années qui viennent.
Nous vous y attendons nombreux !

 

La galerie de minéralogie du MNHN, épistémologie d’un décor – programme SPESCIES

Olivier Vayron, doctorant en Histoire de l’art à Paris 4- Sorbonne, nous présente le programme SPECIES du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Cliquez ici pour écouter ou ré-écouter notre séance


Entre 1851 et 1862, Auguste Biard, peintre salonnier, apprécié du public, reçoit de l’Etat français la commande d’un grand panorama à 360° de la Baie de la Madeleine au Spitzberg pour orner la galerie de minéralogie du Muséum de Paris. Ce cycle décoratif résulte d’une grande vague de production sur le thème du Grand Nord que le peintre réalise dès 1839 à son retour du Spitzberg à bord de la corvette La Recherche.
La corvette La Recherche fut en effet missionnée dès 1835 pour trouver les rescapés du navire La Lilloise perdue dans les mers du Nord. Embarque à son bord, à partir de 1836 et durant quatre années de suite, des scientifiques, des médecins et des peintres afin de réaliser un rapport complet sur les régions isolées, possiblement productives mais encore peu explorée du Grand Nord. Le résultat des récoltes, les mesures, les analyses, les relevés et les croquis, furent rapidement divulgués et publiés dans une série de comptes rendus et d’atlas pittoresques. Outre les périodiques qui communiquaient au public les avancées de cette série de voyages d’explorations, les premiers artisans qui rendirent compte, à grande échelle, de la physionomie de ces régions furent les artistes. A commencer par le grand panorama de Biard au muséum de Paris, ces œuvres, entre velléités scientifiques et évocations fantasmagoriques, ont influencé longtemps l’image que le public se fit du Grand Nord.

Programme 2016-2017

Pour l’année 2016-2017, nous aurons donc un cycle de six conférences donnant l’occasion aux différents chercheurs invités de présenter leur publications récentes, mais aussi quatre séances méthodologiques qui permettront aux jeunes chercheurs d’exposer leur travaux et de confronter leurs approches dans une atmosphère d’intimité, ces moments d’échange seront pour eux l’occasion de présenter l’avancement de leurs propres recherches.

moreau-la-toilette-detail

  • 28 septembre 2016: 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, séance Méthode.

L’art anglais.

Les doctorantes Cybill Whalley et Deborah Waintraub, qui travaillent respectivement sur “Les représentations de la montagne en Grande-Bretagne (Angleterre, Écosse, Pays de Galles) dans les arts visuel entre 1747 et 1867″, et  sur ” Le portrait britannique et la question du style (XVIIIe-XIXe siècles)” sont invitées à parler de l’avancement de leur travail. Pour leur répondre et les orienter Monsieur le professeur Pierre Wat sera présent, et nous aurons également la chance d’avoir les conseils de Monsieur Frédéric Ogée.

 

  • 19 octobre 2016 : 18h à 20h, salle Vasari, Séance Invité.

Table-ronde autour de Bertrand Tillier (dir.), L’Art du XIXe siècle (Paris, Citadelles et Mazenod, 2016).

A L’occasion de la sortie de l’ouvrage synthèse L’Art du XIXe siècle chez Citadelles et Mazenod, nous auront la chance de recevoir non seulement le directeur de publication Bertrand Tillier, mais aussi quatre autres des auteurs de ce recueil : Pierre Wat, Dominique Poulot, Paul-Louis Roubert et Rossella Froissart.

 

  • 23 novembre 2016 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, séance Méthode.Séance Ouverte

Chaque doctorant en arts du XIXe siècle est  invité à préparer une série de questions qu’ils souhaitent aborder. Cette sessions sera l’occasion d’évoquer les difficultés liées au corpus, nous aborderons aussi les ouvrages historiographiques clé de notre période, et les différentes méthodes d’analyse d’œuvre. Cette séance sera supervisée par Monsieur le professeur Pierre Wat.

 

  • 14 Décembre 2016 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Mythes artistiques et identités culturelles : Aline Magnien et Eric Michaud

STUDIO XIX accueille Aline Magnien (directrice du LRMH et ancien conservateur en chef des collections  du Musée Rodin) et Éric Michaud (Directeur d’études à l’EHESS) pour une réflexion sur les mythes artistiques et les identités culturelles.

Cette séance résulte de la rencontre intellectuelle entre deux horizons – l’un monographique et l’autre historiographique – et deux auteurs qui ont manifesté une curiosité réciproque pour leurs travaux. Ce sont deux trajectoires de recherche qui se croisent aujourd’hui, d’un côté les études fondatrices d’Éric Michaud sur les fantasmes identitaires de l’histoire de l’art, de l’autre l’intérêt croissant d’Aline Magnien pour l’élaboration du mythe Rodin, par la référence notamment à Rembrandt, Michel-Ange ou Puget. Ces modèles esthétiques et biographiques ne sont pas neutres idéologiquement. Au contraire, ils nourrissent la légende « française » de Rodin en réveillant une géographie esthétique et anthropologique reposant sur la polarité du Nord et du Sud de l’Europe, des modèles antiques et médiévaux, des caractères latins et germains, païens et chrétiens.

A la veille de la grande rétrospective qui honorera le centenaire de la mort du sculpteur aux Galeries Nationales du Grand Palais, il s’agit donc d’analyser comment l’image en construction de Rodin et, par-delà Rodin, d’un certain “génie français”, s’insère dès l’origine dans un système de représentations qui, de Louis Courajod à André Chastel, de Karl Schnaase à Heinrich Wölfflin, soumet la question esthétique à de tels a priori raciaux, identitaires ou nationaux.

 

  • 18 janvier 2017 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité,

Présentation de la base Bibliographies de critiques d’art francophones par Marie Gispert et Lucie Lachenal.

Marie Gispert, à l’origine du projet avec Catherine Meneux, nous parlera de la réalisation du site internet hébergé par l’Université Paris 1, qui a pour objectif de mettre à disposition des chercheurs des bibliographies primaires de critiques d’art, assorties de la littérature secondaire correspondante et d’un référencement des archives disponibles. Ce site donnera notamment accès à une base de données comprenant l’ensemble des références présentes dans les bibliographies primaires des critiques d’art recensés.

Lucie Lachenal, vacataire scientifique au sein du projet, exposera le Workshop dédié à la base, qui se tiendra le 3 février prochain, visant à les chercheurs avec la base mais aussi à l’utiliser en direct en récupérant des données et en les traitant pour constituer des objets de recherche.

Elles évoqueront également la journée d’étude sur les critiques d’art qu’elles organisent le 31 mars.

  • 22 février 2017 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, Séance Méthode

Les arts décoratifs.

Adélaïde Lacotte qui travaille sur « L’œuvre du céramiste André Metthey ( 1871-1920). Art de la céramique et céramique d’artiste », nous présentera sa thèse et nous dévoilera ses questionnements. Pour cette session Monsieur le professeur Emmanuel Pernoud nous fera profiter de son expérience.

  • 22 mars 2017 : 18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Catégories esthétiques et classifications historiques au musée : le cas du musée du Louvre.

Danièle Cohn et Sébastien Allard.

Au cœur du display of art et des interrogations sur la scénographie, l’accrochage au musée devient un enjeu majeur dans l’histoire des arts et l’esthétique, à la croisée des chemins entre voie naturaliste et voie culturaliste. Cette pratique à la fois met en place une rhétorique du voir, et repose sur elle. Elle conditionne l’ expérience des œuvres dont dépendent les visiteurs. L’accrochage est certes marqué par le renouvellement que les neurosciences ont opéré dans l’approche de la vision et de l’orientation dans l’espace. Mais il est aussi historique de part en part et son histoire croise et vivifie celle des collections privées et des musées, de leurs architectures comme du marché de l’art.  Deux notions clé en esthétique et histoire de l’art nous guideront : la notion de catégorie et celle de classification, en prenant en compte la dimension pratique et empirique de part en part historique de ces deux notions à travers l’analyse de l’emploi qu’en fait le musée.

 

  • 19 avril 2017 :  18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Jean-Philippe Garric et Philippe Bordes : conférence autour de la question de l’architecte décorateur et Charles Percier (1764-1838).

Philippe Bordes, professeur émérite d’histoire de l’art moderne à l’Université Lyon 2, et Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture à l’Université Paris 1, tous deux spécialistes de ces périodes, interviendront en reprenant un dialogue amorcé il y a plusieurs années autour de la production et des activités de Charles Percier.

Ils échangeront à travers les différentes problématiques abordées au sein du catalogue de l’exposition « Charles Percier (1764-1833), architecture et Design » récemment inaugurée au musée du château de Fontainebleau (et qui s’est tenue au Bard Center de New-York fin 2016), orchestrée par J-Ph. Garric.

Les contributions de cet ouvrage apportent des réflexions nouvelles autour de la figure de l’architecte, du décorateur, du dessinateur, du créateur de mobilier et d’objets d’art. En premier lieu, le débat scientifique tourne autour du processus créatif de Percier, œuvrant en étroite association avec l’architecte Pierre Fontaine. Souvent assimilés l’un à l’autre, quels sont les enjeux du choix de Percier sans Fontaine ? D’avantage dessinateur et spécialiste d’ornement, son rapport aux arts graphiques, utilisés comme support ou comme forme d’art en soi, ainsi que l’abondance de sa production (décoration intérieure, ébénisterie, orfèvrerie, céramique, projets d’architectures, relevés, dessins, etc.) incite à se poser la question du rôle de l’architecte et de l’artiste à l’aube du XIXe siècle.

  • 17 mai 2017 : 18h à 20h, salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc, Séance Méthode

Les Arts graphiques

Stéphanie Prenant dont le sujet de thèse est « Le renouveau du pastel entre 1870 et 1914, à partir de l’étude des collections muséales françaises » présentera son travail.

Pour cette séance Monsieur le professeur Pierre Wat sera présent pour guider les réflexions.

 

  • 14 juin 2017 :  18h à 20h, salle Benjamin, Séance Invité

Perspectives historiographiques, M. Passini, François-Renée Martin et Pierre Wat.

Dans un ouvrage, à la fois érudit et très accessible, Michela Passini offre un panorama de tout premier plan pour quiconque voudrait se familiariser avec les grandes figures et les grands concepts de la théorie visuelle, en même temps qu’une synthèse pionnière montrant comment l’histoire de l’art s’est constituée en discipline, avec ses institutions propres ses plateformes d’échanges et ses dispositifs de contrôle de la production scientifique. Avec ce livre aussi documenté qu’ambitieux, Michela Passini propose, pour la première fois en français, une histoire transnationale de l’histoire de l’art. Une somme indispensable pour comprendre les origines de notre rapport présent aux œuvres d’art.

 

Marie Gispert et Lucie Lachenal, Bibliographies de critiques d’art francophones

Pour télécharger et écouter la séance, cliquez sur le lien.

Marie Gispert, à l’origine du projet de Bibliographies de critiques d’art francophones avec Catherine Meneux, nous parlera de la réalisation du site internet hébergé par l’Université Paris 1, qui a pour objectif de mettre à disposition des chercheurs des bibliographies primaires de critiques d’art, assorties de la littérature secondaire correspondante et d’un référencement des archives disponibles. Ce site donnera notamment accès à une base de données comprenant l’ensemble des références présentes dans les bibliographies primaires des critiques d’art recensés.

Lucie Lachenal, vacataire scientifique au sein du projet, exposera le Workshop de la base, qui se tiendra le 3 février prochain, visant à les chercheurs avec la base mais aussi à l’utiliser en direct en récupérant des données et en les traitant pour constituer des objets de recherche.

Elles évoqueront également la journée d’étude sur les critiques d’art qu’elles organisent le 31 mars.

Aline Magnien et Éric Michaud, Mythes artistiques et Identités culturelles

Mercredi 14 décembre à 18h00, salle Walter Benjamin à l’INHA, STUDIO XIX accueille Aline Magnien (directrice du LRMH et ancien conservateur en chef des collections du Musée Rodin) et Éric Michaud (Directeur d’études à l’EHESS) pour une réflexion sur les mythes artistiques et les identités culturelles.

Pour télécharger et écouter la séance, cliquez sur le lien.

Cette séance résulte de la rencontre intellectuelle entre deux horizons – l’un monographique et l’autre historiographique – et deux auteurs qui ont manifesté une curiosité réciproque pour leurs travaux. Ce sont deux trajectoires de recherche qui se croisent aujourd’hui, d’un côté les études fondatrices d’Éric Michaud sur les fantasmes identitaires de l’histoire de l’art, de l’autre l’intérêt croissant d’Aline Magnien pour l’élaboration du mythe Rodin, par la référence notamment à Rembrandt, Michel-Ange ou Puget. Ces modèles esthétiques et biographiques ne sont pas neutres idéologiquement. Au contraire, ils nourrissent la légende « française » de Rodin en réveillant une géographie esthétique et anthropologique reposant sur la polarité du Nord et du Sud de l’Europe, des modèles antiques et médiévaux, des caractères latins et germains, païens et chrétiens.

A la veille de la grande rétrospective qui honorera le centenaire de la mort du sculpteur aux Galeries Nationales du Grand Palais, il s’agit donc d’analyser comment l’image en construction de Rodin et, par-delà Rodin, d’un certain “génie français”, s’insère dès l’origine dans un système de représentations qui, de Louis Courajod à André Chastel, de Karl Schnaase à Heinrich Wölfflin, soumet la question esthétique à de tels a priori raciaux, identitaires ou nationaux.

Michela Passini, l’oeil et l’archive

Studio XIX et les éditions de la Découverte ont le plaisir de vous inviter à une rencontre suivie d’un débat avec Michela Passini autour de son ouvrage, L’oeil et l’archive, une histoire de l’histoire de l’art.

Pour télécharger et écouter la séance, cliquez sur le lien.

Lors de cette séance Michela Passini répondra à Pierre Wat et François-René Martin.

Dans un ouvrage, à la fois érudit et très accessible, Michela Passini offre un panorama de tout premier plan pour quiconque voudrait se familiariser avec les grandes figures et les grands concepts de la théorie visuelle, en même temps qu’une synthèse pionnière montrant comment l’histoire de l’art s’est constituée en discipline, avec ses institutions propres ses plateformes d’échanges et ses dispositifs de contrôle de la production scientifique. Avec ce livre aussi documenté qu’ambitieux, Michela Passini propose, pour la première fois en français, une histoire transnationale de l’histoire de l’art. Une somme indispensable pour comprendre les origines de notre rapport présent aux œuvres d’art.