Programme

C’est avec plaisir que Studio XIX vous propose son programme pour l’année 2019, Images et Expériences de la Violence

Cette année nous avons choisi de nous associer aux doctorants de l’école du Louvre pour vous présenter un programme de 5 séances.

Nous aurons ainsi le plaisir de recevoir 4 invités tout au long de l’année qui viendrons exposer leur travaux. Cela sera l’occasion pour nous de confronter différentes approches autour du vaste thème qu’est la violence.

Nous conclurons l’année avec une séance méthodologique, durant laquelle deux doctorantes de première année présenterons leurs recherches et leur méthodes. Il s’agit d’un atelier ouvert où nous pourrons discuter des problématiques de la recherche.

 

  • 11 Février 2019, INHA, salle Mariette, 18h-20h

Laetitia Gonon, Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes

“La représentation stylistique des violences dans le fait divers du XIXe siècle, et leurs échos dans les romans”

Cette séance sera l’occasion pour  Laetitia Gonon de revenir sur différents thèmes importants de sa recherche. Elle nous présentera le fait divers illustré au XIXe siècle en s’attardant sur les images stéréotypées des crimes dans la presse, et notamment les procédés stylistiques employés. Nous pourrons également discuter avec elle des échos de ces représentations criminelles dans les romans, elle abordera ainsi Le Comte de Monte Cristo, d’Alexandre Dumas, ou encore  La Terre de d’Émile Zola.
 
  • 20 mars 2019, INHA, salle Benjamin, 18h-20h,

Stéphanie Sotteau, Docteure en Histoire de l’art de l’Université Paris Sorbonne

“Les crimes de la Commune ou comment représenter la violence en 1871”

Spécialiste de la photographie, Stéphanie Sotteau nous introduira à l’iconographie de la Commune et plus précisément celle d’un photographe, Ernest Appert. À partir de ce corpus, elle s’intéressera aux « Crimes de la Commune » pour ensuite élargir vers d’autres représentations telles celles de Jules Raudnitz. Cette étude historique lui permettra finalement de nous parler de la postérité de ces images et de leur rôle dans la répression et la poursuite des communards.

  • 24 avril 2019, INHA, salle Benjamin, 18h-20h,

Saskia Hanselaar, Docteure en histoire de l’art contemporain – Université Paris Ouest Nanterre

“Comment exprimer la violence du deuil autour de 1800 ? Ossian, les fantômes et les artistes.”

Durant la Révolution française, plusieurs facteurs politiques, religieux et sociaux engendrent un profond changement dans le rapport à la mort, à la violence et donc au deuil. La violence révolutionnaire nouvelle crée un traumatisme collectif, décrit par certains contemporains dont l’auteur Louis-Sébastien Mercier. Les nombreux massacres ainsi que la déchristianisation entraînent, quant à eux, la question de l’ensevelissement des morts avant la création symbolique du cimetière du Père-Lachaise en 1804. En outre, le passage au Culte de la Raison pose le problème de la disparition de l’âme que le Culte de l’Etre Suprême tente de résoudre par l’assurance de l’immortalité de l’âme. Face à ces bouleversements profonds, les artistes sont les témoins et les traducteurs privilégiés des ressentis émotionnels de leur époque. La vogue incroyable pour les poésies d’Ossian, barde-guerrier calédonien du IIIe siècle, et surtout l’aveuglement des Français face à une supercherie qui décourage d’autres Européens tels que les Anglais, n’est pas anodine à partir des années 1790. Plusieurs artistes tentent de renouveler les codes de la peinture d’histoire par le biais de ce nouveau héros : Girodet-Trioson, François Gérard, Ingres pour les plus connus inventent autour de 1800 une vision septentrionale de l’Antiquité. Néanmoins, la majorité des artistes français s’intéressent non pas aux instants épiques de la geste ossianique mais aux instants plus nostalgiques, fantastiques et mélancoliques durant lesquels Ossian et son clan communiquent avec les fantômes de leurs ancêtres. L’apparition de ce thème en peinture jusque dans les années 1830 montrent la tentative artistique afin de créer une peinture sentimentale, une véritable peinture de l’âme, capable de faire le deuil de la violence révolutionnaire.

 

  • 22 mai 2019, INHA, salle Benjamin, 18h-20h,

 Laurence Bertrand Dorléac, Professeure d’Histoire de l’art à Science-Politique

“À l’origine des formes de la violence de guerre.”

 

  • 19 juin 2019, INHA, salle Benjamin, 18h-20h,

Anaelle Lahaeye, Doctorante à Paris I Panthéon Sorbonne sous la direction de Pierre Wat

“Face au cadavre. Etude du motif en peinture, dessin et lithographie (1808-1860);”
 
Esther Jakubec, Doctorante à Paris I Panthéon Sorbonne sous la direction de Pierre Wat.
“L’assiette historiée, un monument bourgeois au XIXe siècle.”
 

Retrouvez ici le programme de l’an dernier.

Programme 2016-2017