La galerie de minéralogie du MNHN, épistémologie d’un décor – programme SPESCIES

Olivier Vayron, doctorant en Histoire de l’art à Paris 4- Sorbonne, nous présente le programme SPECIES du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Cliquez ici pour écouter ou ré-écouter notre séance


Entre 1851 et 1862, Auguste Biard, peintre salonnier, apprécié du public, reçoit de l’Etat français la commande d’un grand panorama à 360° de la Baie de la Madeleine au Spitzberg pour orner la galerie de minéralogie du Muséum de Paris. Ce cycle décoratif résulte d’une grande vague de production sur le thème du Grand Nord que le peintre réalise dès 1839 à son retour du Spitzberg à bord de la corvette La Recherche.
La corvette La Recherche fut en effet missionnée dès 1835 pour trouver les rescapés du navire La Lilloise perdue dans les mers du Nord. Embarque à son bord, à partir de 1836 et durant quatre années de suite, des scientifiques, des médecins et des peintres afin de réaliser un rapport complet sur les régions isolées, possiblement productives mais encore peu explorée du Grand Nord. Le résultat des récoltes, les mesures, les analyses, les relevés et les croquis, furent rapidement divulgués et publiés dans une série de comptes rendus et d’atlas pittoresques. Outre les périodiques qui communiquaient au public les avancées de cette série de voyages d’explorations, les premiers artisans qui rendirent compte, à grande échelle, de la physionomie de ces régions furent les artistes. A commencer par le grand panorama de Biard au muséum de Paris, ces œuvres, entre velléités scientifiques et évocations fantasmagoriques, ont influencé longtemps l’image que le public se fit du Grand Nord.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.