« L’Art, machine à voyager dans le temps »

Capture2

Le voyage dans le temps (ou à travers les temps) est un vieux rêve de l’humanité, qui, comme tous les vieux rêves de l’humanité, a trouvé sa place (privilégiée) dans la littérature (et dans les arts, ceux du temps – le cinéma et la bande dessinée – comme ceux qui, apriori, ignorent le temps). L’œuvre de H.G. Wells, TheTimeMachine (1895), est sans doute la plus célèbre parmi les fictions qui inventent des dispositifs permettant de se déplacer dans le temps. Ce que ce colloque se propose de faire, c’est de voir en quoi la littérature elle-même peut fonctionner comme une machine à voyager dans le temps.

Voici les axes de réflexion, non exclusif ayant attrait aux arts visuels et à l’architecture:

a) comment les arts statiques font-ils pour suggérer l’idée du temps ?

b) la peinture peut-elle figurer une action en cours (on pensera entre autres aux réflexions de Lessing) ?

c) pour ce qui est du cinéma, le montage permet de bouleverser l’appréhension du temps. Notons aussi que, dans le cas du cinéma comme dans celui du théâtre, de l’opéra et du ballet, c’est l’œuvre qui impose son tempo au « lecteur », et non pas l’inverse.

d) la musique (à l’exception de l’opéra et de la musique de ballet) s’inscrit de son côté dans le temps de manière beaucoup plus simple que les arts narratifs, puisque la dichotomie entre le temps du racontant et le temps du raconté est annulée. Toutefois, la notion de tempo mérite d’être repensée en rapport avec la figure de l’interprète, qui fait office de médiateur entre le temps de l’œuvre et le temps du récepteur.

e) la danse, elle, peut sembler, dans sa pratique du temps, s’apparenter au théâtre – à ceci près qu’elle comporte un élément de rythme plus évident.

f) on pourra étudier également les projets architecturaux qui prennent en compte dès l’abord le processus de vieillissement ou d’altération (dont la limite est la ruine).

f) quant à la photographie (du moins jusqu’à la photographie numérique), elle est une trace, et une survivance, de telle sorte qu’en elle l’être et l’avoir-été, ces deux catégories radicalement « hétérogènes » selon Jankélévitch, se mêlent.

Beaucoup d’autres points méritent d’être abordés : l’imaginaire de l’éternel retour ; l’ « effet papillon » (voir ASoundofThunder de Ray Bradbury, 1952) ; le paradoxe du grand-père (Robert Heinlein, By His Bootstraps, 1941) ; le « retour vers le futur » ; les phénomènes de divination, de voyance, de précognition… La liste est longue, et nous attendons des futurs communicants qu’ils nous révèlent des aspects de la question auxquels nous n’avions pas songé.
Ce colloque se voulant fortement interdisciplinaire, cet appel s’adresse aux représentants de toutes les disciplines académiques, depuis la littérature jusqu’à la physique en passant par l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie, l’anthropologie, les mathématiques, etc.

Les langues de travail du colloque seront le français, l’anglais et l’allemand.

Les propositions (1/2 page environ), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à Augustin Voegele (augustin.voegele@uha.fravant le 30 novembre 2016.

Frais d’inscription : 40 euros (25 euros pour les doctorants, gratuit pour les membres d’ILLE et les chercheurs de l’Université de Haute-Alsace). Les repas et l’hébergement seront offerts en retour aux participants.

Les Actes du colloque seront publiés au plus tard au premier trimestre 2018. C’est pourquoi il sera demandé aux participants d’envoyer leur texte avant le 30 avril 2017.

Organisateur : Augustin Voegele, Université de Haute-Alsace

Comité scientifique :

Nikol Dziub, Docteur, Université de Haute-Alsace
Florence Fix, Professeur des Universités, Université de Lorraine
Frédérique Toudoire-Surlapierre, Professeur des Universités, Université de Haute-Alsace
Sébastien Hubier, Maître de conférences HDR, Université de Reims
Frédéric Montégu, PRAG, Université Lyon 2
Richard Saint-Gelais, Professeur titulaire, Université Laval, Québec
Augustin Voegele, Université de Haute-Alsace
Éric Wessler, Docteur, Université de Strasbourg

Source: http://blog.apahau.org/appel-a-communication-lart-machine-a-voyager-dans-le-temps-mulhouse-23-25-mars-2017/

« La folie / Madness », Transverse Journal (Toronto, n°16, 2017)

 

Gustave Courbet, Autoportrait ou le Désespéré,1844-45La panoplie de « maladies » et d’« états » qui ont historiquement été subsumés de façon non critique sous le très opaque et ambigu nom de « folie » incluent la schizophrénie, la paranoïa, le trouble anxieux, l’hystérie, et plus récemment, le trouble bipolaire, le trouble de la personnalité multiple, la démence, etc.

Au-delà de l’aile psychiatrique ou du divan du psychanalyste, la folie se manifeste aussi dans les expériences quotidiennes et les routines – d’un fugace moment d’exaspérante compulsion obsessionnelle aux affres d’enivrant désir.

La société contemporaine est obsédée par le bien-être mental, et la réduction de la pleine conscience à une éthique du soin de soi finit plus souvent qu’autrement par encourager et dramatiser à l’excès les expériences les plus banales de dissonance et de détresse cognitive.

Les sociétés pharmaceutiques exploitent cette tendance en mettant l’accent sur les symptômes plutôt que sur les causes profondes, laissant les patient.e.s dans un état de crise perpétuelle. Cela a pour effet de brouiller les frontières entre le stress mental quotidien et les troubles psychiatriques, si bien que les besoins des deux groupes ne sont ni pris en charge, ni compris.

Le numéro 16 de Transverse souhaite aborder la folie sous toutes ses formes, afin d’éclairer la tendance paradoxale au diagnostic erroné et au compartimentage des maladies mentales, et simultanément à la surestimation et à l’exagération des anxiétés quotidiennes.

Transverse invite les propositions en provenance de toutes disciplines académiques traitant de toutes époques, ainsi que les travaux non-académiques et les approches créatives (photographie, arts graphiques et création littéraire). Les propositions peuvent s’inspirer des problèmes énoncés ci-haut, des sujets suivants, ou de tout autre thème connexe :

  • Les représentations de la folie et de la maladie mentale en littérature et en arts
  • La stigmatisation sociale et l’exploitation de la maladie mentale en société
  • La folie découlant d’excès de passion
  • La question du bien-être mental
  • L’inspiration comme folie
  • L’iconographie de la folie
  • Les tendances et pratiques actuelles en psychiatrie
  • Les espaces de la maladie mentale : l’aile psychiatrique, l’asile, etc.

La date de tombée est fixée au 14 octobre 2016.

Les propositions d’articles doivent comporter un maximum de 5000 mots, à interligne double, selon les règles de présentation MLA. Prière d’inclure avec votre contribution une courte biographie (50 mots), un bref résumé, ainsi que des mots-clés.

Pour plus d’informations quant aux propositions visuelles, contactez transversejournal@gmail.com ou référez-vous au www.transversejournal.org/cfp/.

Nous acceptons aussi des comptes rendus critiques, publiés en ligne. Veuillez nous faire parvenir vos textes ou œuvres visuelles par notre site internet : http://www.transversejournal.org/submission/.

RESPONSABLE :
Nina Youkhanna et Benjamin Bandosz

Centre for Comparative Literature, University of Toronto
http://www.transversejournal.org

Source: http://blog.apahau.org/appel-a-publication-la-folie-madness-transverse-journal-toronto-n16-2017/

« Kit de survie pour l’historien de l’art en milieu numérique » (Paris, 23 septembre 2016)

galerie_colbert_4Cette journée à destination des publics de la Galerie Colbert est une initiation à des ressources et à des outils numériques pour la recherche en histoire de l’art. Les outils présentés ont été choisis en raison des axes méthodologiques qu’ils recouvrent dans la gestion et le traitement des sources et en fonction de nombreux retours d’expérience qui les signalent comme indispensables. Ils contribuent à l’identification, l’organisation, la collecte, la sauvegarde, l’annotation et même au partage de la documentation dans la conduite d’un travail de recherche. Cette journée propose donc d’accompagner l’historien de l’art – ou futur historien – dans la «grande conversation» numérique d’aujourd’hui. Les séances plénières du matin seront suivies l’après-midi par l’organisation de plusieurs ateliers.

En partenariat avec Anhima et Thalim

Comité scientifique

  • Anne-Laure Charrier (DBD-INHA)
  • Antoine Courtin (CID-INHA)
  • Vincent Ferotin (Anhima)
  • Benoît Legouy (Thalim)
  • Antonio Mendes (InVisu, CNRS/INHA)

_____

Informations pratiques

23 septembre 2016

  • 9H30-12H
    Galerie Colbert, Salle Walter Benjamin
  • 14H-17H30
    Galerie Colbert, Salle Walter Benjamin, Salle Nicolas Fabri de Pereisc et Salle André Chastel

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée dans la limite des places disponibles.
A noter que les ateliers de l’après-midi se feront par petits groupes (6/8 personnes)
Inscription obligatoire par ce formulaire : https://goo.gl/forms/CyyNJo4dUvA1K8ej2

Source : http://blog.apahau.org/conference-kit-de-survie-pour-lhistorien-de-lart-en-milieu-numerique/

Genèse du musée documentaire (1840-1900)

Capture

La réception très inégale du concept de « musée documentaire », du fait de sa polysémie et de ses applications variées, n’a pas permis jusqu’à présent de cerner pleinement cette idée qui connait un certain écho au tournant du XXe siècle. L’intérêt pour ce qu’on appelle un « document » et sa monstration ne cesse de croître tout au long du XIXe siècle. Quelles sont les motivations des promoteurs de ces entreprises privées de diffusion et de médiation utilisant les concepts de document et de documentation (industriels philanthropes, sociétés d’amateurs photographes…) ? À quels publics veut-on s’adresser ? Comment les institutions patrimoniales croisent-elles ou non ces préoccupations de fixation des traces du contemporain ?

Organisation

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, l’équipe de recherche HAR (Histoire des Arts et des Représentations) de l’Université Paris Nanterre et le Labex Les Passés dans le présent dans le cadre du programme de recherche « Genèse et histoire des musées documentaires ».

Argumentaire

La réception très inégale du concept de « musée documentaire », du fait de sa polysémie et de ses applications variées, n’a pas permis jusqu’à présent de cerner pleinement cette idée qui connait un certain écho au tournant du XXème siècle. L’intérêt pour ce qu’on appelle un « document » et sa monstration ne cesse de croître tout au long du XIXème siècle.

Le « document » de plus en plus ne se confine plus à l’écrit. Tandis que les expositions universelles familiarisent le public avec les témoignages des progrès techniques, se développe un intérêt de plus en plus vif pour les « documents », de toute nature, qui jalonnent les différentes histoires nationales en cours d’écriture, de la pièce archéologique aux archives écrites. Le sens initial du terme « document » connaît ainsi plusieurs déplacements sémantiques en se répandant au-delà des cercles des archives et des bibliothèques.

L’arrivée de la photographie et les capacités de large diffusion offertes par les progrès de l’imprimerie interrogent aussi la notion même de « musée » qui peut revêtir de multiples sens, allant des publications (« musées de papier ») aux lieux d’exposition et/ou de consultation de « documents ». La photographie réinvente l’expérience du musée, entre lieu d’exposition, centre de documentation ou assemblage virtuel d’images. En outre, qu’elle soit considérée comme une image technique, dans le cas de la photogrammétrie, ou comme une image « archive », dans le cas de collections de documentation historique, sociale ou folklorique, elle transforme le rapport au temps et à l’histoire : elle apparaît comme une capture du présent faite pour la mémoire à venir.

Quelles sont les motivations des promoteurs de ces entreprises privées de diffusion et de médiation utilisant les concepts de document et de documentation (industriels philanthropes, sociétés d’amateurs photographes…) ? À quels publics veut-on s’adresser ? Comment les institutions patrimoniales croisent-elles ou non ces préoccupations de fixation des traces du contemporain ?

À la suite de ce premier volet consacré au XIXème siècle, une seconde journée portera en 2017 sur le XXème siècle à l’occasion du centenaire de la BDIC, avec la participation notamment du musée Albert Kahn.

Programme

Matinée

  • 9h30 – Accueil
  • 9h45 – Introduction : Valérie Tesnière (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) Des archives au musée : de la Révolution au Second Empire
  • 10h – Arnaud Bertinet (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) La place de l’histoire dans les musées de Napoléon III
  • 10h30 – Hilaire Multon et Corinne Jouys Barbelin (Musée d’archéologie nationale) La naissance du musée des Antiquités nationales au Château de Saint-Germain (1868)

Pause

Les publications

  • 11h30 – Ségolène Le Men (HAR/Université Paris Nanterre) Les musées de papier
  • 12h – Yann Potin (Archives nationales) Monuments ou documents ? Entre vitrines et catalogues, les projets de Musée des Archives nationales et départementales de Léon de Laborde et Alfred Maury (1857-1878)
  • 12h30 – Débats et conclusion de la matinée
  • 13h – Déjeuner

Après-midi

14h30

Table ronde : L’invention du social, animée par Caroline Fieschi (BDIC)

  • Jaap Klostermann (International Institute of social history, Amsterdam) Les collections d’histoire sociale au XIXème siècle, un panorama des différentes initiatives en Europe
  • Michel Prat (CEDIAS) Le concept de document au sein du Musée social entre 1870 et 1914

Pause

15h45

Table ronde : Photographie et musée documentaire, animée par Christian Joschke (HAR/Université Paris Nanterre)

  • Estelle Sohier (Université de Genève) Utopique ? L’expérience du Musée suisse de photographies documentaires (Genève, 1901- 1909)
  • Eléonore Challine (ENS Cachan) Confluences : les photographies documentaires entre musée et revue au tournant du XXème siècle

17h – Synthèse Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne)

Lieux

  • Bâtiment Max Weber, auditorium – Université de Paris Nanterre, 200 Avenue de la République
    Nanterre, France (92)

Dates

  • vendredi 30 septembre 2016

Fichiers attachés

URLS de référence

Studio XIX

Studio XIX est un groupe de recherche doctoral en histoire des arts du XIXe siècle, il a pour but de relayer la recherche actuelle en histoire de l’art dix-neuviémiste. Nous sommes un groupe d’une vingtaine de membres et souhaitons présenter nos recherches et notre séminaire doctoral qui aura lieu l’an prochain à l’Institut National d’Histoire de l’Art.

Groupe de recherche doctoral en histoire des arts du XIXe siècle