Saskia Hanselaar – Comment exprimer la violence du deuil autour de 1800 ? Ossian, les fantômes et les artistes.

Studio XIX a le plaisir de recevoir Saskia Hanselaar, Docteure en histoire de l’art contemporain – Université Paris Ouest Nanterre, le 24 avril 2019 de 18h à 20h en salle Benjamin à L’INHA.

Hillaire Périé, Songe d’Ossian, 1812, aquarelle, au crayon et au lavis, Castres, musée Goya.

A cette occasion, elle nous parlera de la réactivation du mythe d’Ossian au XIXe siècle. En effet, durant la Révolution française, plusieurs facteurs politiques, religieux et sociaux engendrent un profond changement dans le rapport à la mort, à la violence et donc au deuil. La violence révolutionnaire nouvelle crée un traumatisme collectif, décrit par certains contemporains dont l’auteur Louis-Sébastien Mercier. Les nombreux massacres ainsi que la déchristianisation entraînent, quant à eux, la question de l’ensevelissement des morts avant la création symbolique du cimetière du Père-Lachaise en 1804. En outre, le passage au Culte de la Raison pose le problème de la disparition de l’âme que le Culte de l’Etre Suprême tente de résoudre par l’assurance de l’immortalité de l’âme. Face à ces bouleversements profonds, les artistes sont les témoins et les traducteurs privilégiés des ressentis émotionnels de leur époque. La vogue incroyable pour les poésies d’Ossian, barde-guerrier calédonien du IIIe siècle, et surtout l’aveuglement des Français face à une supercherie qui décourage d’autres Européens tels que les Anglais, n’est pas anodine à partir des années 1790. Plusieurs artistes tentent de renouveler les codes de la peinture d’histoire par le biais de ce nouveau héros : Girodet-Trioson, François Gérard, Ingres pour les plus connus inventent autour de 1800 une vision septentrionale de l’Antiquité. Néanmoins, la majorité des artistes français s’intéressent non pas aux instants épiques de la geste ossianique mais aux instants plus nostalgiques, fantastiques et mélancoliques durant lesquels Ossian et son clan communiquent avec les fantômes de leurs ancêtres. L’apparition de ce thème en peinture jusque dans les années 1830 montrent la tentative artistique afin de créer une peinture sentimentale, une véritable peinture de l’âme, capable de faire le deuil de la violence révolutionnaire.


2 réflexions sur « Saskia Hanselaar – Comment exprimer la violence du deuil autour de 1800 ? Ossian, les fantômes et les artistes. »

  1. Bonjour

    L’ accès à cette conférence est-il libre?
    Une intellectuelle et enseignante remarquable, de l’avis de nombreux saint-mauriens.

    1. Bonjour,
      Oui l’accès est libre et gratuit, vous pouvez venir écouter Saskia Hanselaar en salle Benjamin à l’INHA, 2 rue Vivienne à Paris.
      Merci de votre intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.